Sophia Antipolis, France.

Nicox S.A. (NYSE Euronext Paris : COX) annonce aujourd’hui ses résultats financiers pour la période de neuf mois se terminant le 30 septembre 2013 et présente une vue d’ensemble de ses activités.

Michele Garufi, Président Directeur Général de Nicox, a déclaré : « Au cours du troisième trimestre de l’année 2013, nous avons continué à renforcer notre organisation commerciale dans les cinq principaux marchés européens. Dans ces pays, nous prévoyons de mettre sur le marché AdenoPlus®, notre premier dispositif médical de diagnostic pris en licence auprès de RPS®, de même qu’une gamme de produits oculaires provenant d’un partenaire européen.

Nous avons également réalisé des progrès aux Etats-Unis, où nous préparons la mise sur le marché de notre deuxième dispositif médical de diagnostic d’ici fin 2013, le Panel de tests œil sec pour le Syndrome de Gougerot-Sjögren, suite à notre accord exclusif avec Immco Diagnostics Inc.

De plus, le naproxcinod a reçu la désignation de médicament orphelin en Europe pour le traitement de la Dystrophie Musculaire de Duchenne. Cette désignation est un atout dans notre recherche de partenaires spécialisés – partenaires financiers ou sociétés pharmaceutiques  –  souhaitant entreprendre et financer le développement de notre composé dans cette maladie génétique grave et pour laquelle aucun traitement n’est approuvé. »

Résumé du troisième trimestre

Au cours du troisième trimestre de l’année 2013, Nicox a continué à mettre en place son organisation commerciale spécialisée en ophtalmologie aux Etats-Unis et dans les cinq principaux marchés européens (France, Italie, Royaume-Uni, Allemagne et Espagne). La Société poursuit l’évaluation d’opportunités de prises de licences et d’acquisitions dans ces marchés afin d’exploiter pleinement cette infrastructure.

En juillet 2013, Bausch + Lomb a initié des études cliniques au Japon avec le latanaprostène bunod, un analogue de la prostaglandine F2-alpha donneur d’oxyde nitrique en développement clinique de phase 3 pour le traitement potentiel du glaucome et de l’hypertension oculaire.

Au cours du troisième trimestre 2013, Bausch + Lomb a décidé de renoncer à son option de développement portant sur d’autres composés donneurs d’oxyde nitrique au stade préclinique. Bausch + Lomb reste pleinement engagé dans le développement du latanaprostène bunod.

En septembre 2013, les sociétés Nicox et Grupo Ferrer Internacional S.A. (“Ferrer”), une filiale de Ferrer Grupo, ont mis fin à l’accord d’option qu’elles avaient conclu en mars 2011. Cet accord allouait à Ferrer une option sur les droits de co-commercialisation du naproxcinod en Espagne et en Allemagne et sur les droits de commercialisation exclusifs en Grèce et au Portugal.

Evènements postérieurs au 30 septembre 2013

En octobre 2013, la Commission Européenne a désigné le naproxcinod comme médicament orphelin pour le traitement de la Dystrophie Musculaire de Duchenne. Le naproxcinod est un médicament en développement appartenant à la classe des anti-inflammatoires CINODs (Inhibiteurs de Cyclooxygénase Donneurs d’Oxyde Nitrique). Le Comité pour les Médicaments Orphelins (COMP) avait donné une opinion positive recommandant cette désignation en septembre 2013. Des résultats précliniques prometteurs obtenus avec le naproxcinod dans des modèles de dystrophies musculaires ont été présentés lors de la Muscular Dystrophy Association Scientific Conference à Washington (Columbia, Etats-Unis) en avril 2013 et de l’International Congress of the World Muscle Society à Asilomar (Californie, Etats-Unis)  en octobre 2013.

En octobre 2013, Nicox a décidé de ne pas exercer l’option de négocier un accord pour un dispositif médical de diagnostic supplémentaire résultant de l’accord de licence conclu avec Rapid Pathogen Screening, Inc. (RPS®) en juin 2012. Par conséquent, Nicox a recouvré la somme de $1 million (environ €0,74 million) correspondant à la partie remboursable du droit d’option.

Résumé financier

Le chiffre d’affaires de Nicox s’élève à €0,3 million pour les neuf premiers mois de l’année 2013, comparé à €7,6 millions pour la même période en 2012, incluant un paiement d’étape versé par Bausch + Lomb.

Les frais commerciaux, les frais généraux et administratifs, et les dépenses de recherche et développement s’élèvent à €13,6 millions pour les neuf premiers mois de l’année 2013, dont 43% de dépenses commerciales, ce qui reflète la transformation de Nicox en société commerciale spécialisée en ophtalmologie. Ces dépenses s’élevaient à €11,6 millions pour la période correspondante en 2012.

Nicox a enregistré une perte nette totale de €13,6 millions au cours des neuf premiers mois de l’année 2013, contre une perte nette de €4,6 millions durant la même période en 2012. Au 30 septembre 2013, le Groupe dispose d’une trésorerie et d’équivalents de trésorerie d’un montant de €63,8 millions, contre €77,5 millions au 31 décembre 2012.

Résultats financiers consolidés aux 30 septembre 2013 et 2012

Les comptes consolidés pour les neuf mois au 30 septembre 2012 incluent Altacor pour la période du 31 mai au 30 septembre 2012 par mise en équivalence. Altacor est une société pharmaceutique à capitaux privés spécialisée en ophtalmologie dont Nicox a acquis 11,8% des parts en mars 2012.

Etat consolidé du résultat global

Chiffre d’affaires

Le chiffre d’affaires de Nicox s’élève à €0,3 million pour la période de neuf mois se terminant au 30 septembre 2013,  comparé à €7,6 millions pour la même période en 2012.

Le chiffre d’affaires au 30 septembre 2013 correspond aux ventes du produit AdenoPlus®, un dispositif médical de diagnostic rapide pris en licence auprès de Rapid Pathogen Screening Inc (RPS®) en juin 2012. Aux Etats-Unis, Nicox a démarré ses propres activités commerciales pour AdenoPlus® en octobre 2012 et renforce actuellement ses équipes de vente afin de lancer prochainement le Panel de tests œil sec pour le Syndrome de Gougerot-Sjögren. AdenoPlus® dispose déjà du marquage CE et est disponible à la vente ; Nicox en prépare le lancement commercial dans les cinq principaux marchés européens avec sa propre force de vente.

Le chiffre d’affaires comptabilisé au cours des neuf premiers mois de 2012 correspond au paiement d’étape de $10 millions reçu de Bausch + Lomb en avril 2012 suite à leur décision de poursuivre le développement du latanoprostene bunod.

Coût des ventes

Le coût des ventes est de €0,3 million au cours des neuf premiers mois de 2013. Cet élément correspond au coût des ventes en relation avec les ventes du produit AdenoPlus® et inclut tous les coûts liés à la fabrication des produits vendus.

Frais commerciaux, frais généraux et administratifs et dépenses de recherche et développement

Les frais commerciaux, les frais généraux et administratifs, et les dépenses de recherche et développement s’élèvent à €13,6 millions au cours des neuf premiers mois de 2013, comparé à €11,6 millions pour la même période de 2012. Au 30 septembre 2013, 43% de ces frais sont des frais commerciaux, 37% des frais généraux et administratifs (y compris les dépenses de corporate development qui étaient précédemment comprises dans les frais commerciaux) et 20% des dépenses de recherche et développement, comparé à 9% de frais commerciaux, 52% de frais généraux et administratifs (y compris les dépenses de corporate development qui étaient précédemment comprises dans les frais commerciaux) et 39% de dépenses de recherche et développement au 30 septembre 2012. Ce changement reflète la transformation actuelle de Nicox en société commerciale spécialisée en ophtalmologie.

Au cours des neuf premiers mois se terminant le 30 septembre 2013, les frais commerciaux sont de €5,8 millions comparé à €1,1 million pour les neuf premiers mois de 2012. Les frais commerciaux correspondent aux frais engagés par Nicox pour construire son organisation commerciale aux Etats-Unis et en Europe, afin d’assurer les activités de commercialisation prévues sur les produits existants et à venir.  Au 30 septembre 2013, le Groupe employait 21 personnes dans ses départements commerciaux comparé à 5 salariés au 30 septembre 2012. 

Au cours de la période, les frais administratifs s’établissent à €5,0 millions comparé à €6,1 millions pour les neuf premiers mois de 2012, et incluent les dépenses de personnel administratif et financier, les rétributions des mandataires sociaux et, depuis 2012, les dépenses de communication et de business development qui étaient précédemment reportées en frais commerciaux. Les dépenses administratives des neuf premiers mois de 2013 sont substantiellement plus basses que celles enregistrées au cours de la même période en 2012 du fait de coûts administratifs de €0,7 million comptabilisés en 2012 au titre de l’acquisition des 11,8% d’Altacor. Au 30 septembre 2013, le Groupe employait 14 personnes dans ses départements administratifs, comparé à 15 personnes pour la même période en 2012.

Les frais de recherche et de développement totalisent €2,7 millions pour la période de neuf mois se clôturant au 30 septembre 2013, contre €4,5 millions au 30 septembre 2012. Le Groupe employait 12 personnes en recherche et développement au 30 septembre 2013, contre 18 personnes à la même date en 2012.

Autres produits

Les autres produits s’élèvent à €0,4 million au 30 septembre 2013, comparé à €0,6 million à la même date en 2012. Pour les neuf premiers mois de l’année 2013, les autres produits incluent €0,3 million de subventions d’exploitation provenant du crédit d’impôt recherche en France. 

Autres charges

Les autres charges sont de €0,3 million pour les neuf premiers mois de 2013 et correspondent principalement aux pertes de changes latentes, comparé à €0,5 million au 30 septembre 2012.

Résultat opérationnel

Le Groupe a généré une perte opérationnelle de €13,5 millions pour les neuf premiers mois de 2013, comparé à une perte opérationnelle de €4,0 millions au cours de la même période en 2012.

Autres résultats

Le Groupe a enregistré une perte financière nette de €0,07 million pour les neuf premiers mois de l’année 2013, comparé à €0,6 million (incluant la quote-part des résultats d’Altacor) pour la même période en 2012. Au 30 septembre 2012, les charges financières incluaient la dépréciation de la part non remboursable de l’option payée à RPS® en juin 2012. 

Au 30 septembre 2013, la charge d’impôt sur le résultat comptabilisée par Nicox provient principalement de l’impôt de sa filiale italienne et est de €0,02 million, contre €0,03 million à la même date en 2012.

Perte nette de la période

Au cours de la période  de neuf mois se clôturant au 30 septembre 2013, Nicox a comptabilisé une perte nette de €13,6 millions, comparé à une perte nette de €4,6 million au 30 septembre 2012. Cette situation s’explique (i) par l’augmentation des frais d’exploitation liés aux frais engagés par Nicox pour construire son organisation commerciale aux Etats-Unis et en Europe, et (ii) par la forte baisse des revenus constatée sur la période par rapport aux neuf premiers mois de 2012, qui incluaient un paiement d’étape important de Bausch + Lomb comme indiqué ci-dessus.

Etat de la situation financière consolidée

Les immobilisations incorporelles totalisent €1,9 million à la fin des neuf premiers mois de 2013 et incluent un montant de €1,4 million correspondant à la redevance payée à RPS® en vertu de l’accord de licence mondial conclu en juin 2012.

Au 30 septembre 2013, les actifs financiers s’élèvent à €2,4 millions et incluent €1,4 million représentant la juste valeur des titres détenus par Nicox dans Altacor, €0,8 million correspondant à la partie remboursable de l’option payée à RPS® en juin 2012 et €0,2 million de dépôts et cautionnements.

Les dettes engagées par le Groupe sont principalement des dettes opérationnelles à court terme. Au 30 septembre 2013, les dettes courantes du Groupe s’élèvent à €3,6 millions, et incluent €1,5 million au titre de dettes payables aux fournisseurs et consultants externes, €1 million au titre des rémunérations des salariés, €0,8 million au titre des taxes et impôts dus, €0,2 million d’autres passifs et €0,1 million de provisions pour autres passifs.

Au 30 septembre 2013, la trésorerie et les équivalents de trésorerie du Groupe sont de €63,8 millions, contre €77,5 millions au 31 décembre 2012.